Le laboratoire Serum Institut of India STD [1] qui produit aussi du BCG [2] donne des recommandations à peu près identiques à celles du laboratoire SSI mais avec en plus celle-ci : « un risque de BCGite généralisée existe pour les enfants immunodéprimés vivant au contact d’un enfant vacciné » car, on le comprend bien, l’enfant vacciné pouvant avoir un abcès suppurant pourrait contaminer son camarade de jeux.

Le même risque existait avec la vaccination antivariolique pour les enfants souffrant ou ayant souffert d’eczéma : la contamination de l’eczéma par une personne récemment vaccinée contre la variole entraînait une complication très grave, souvent mortelle, l’eczéma vaccinatum. Ce à un point tel que notre plan variole élaboré et publié en février 2003 considère qu’une personne faisant ou ayant fait de l’eczéma contre-indiquait la vaccination antivariolique pour toutes les personnes partageant le même toit.

On pourrait donc se demander si un enfant ayant de l’eczéma et jouant avec des enfants ayant des abcès suintant liés au BCG ne risquerait pas ainsi une contamination de son eczéma. Ce risque n’est pas mentionné par Sanofi reprenant les recommandations du laboratoire SSI. Parce qu’il n’existe pas ? Ces laboratoires n’ont pas mentionné le risque pourtant très grave rappelé par Serum Institut of India. Alors ?

[1] http://www.seruminstitute.com/

[2] http://www.seruminstitute.com/content/products/product_bcg.htm